Mouvement des Electeurs Resolus a Demontrer leur Efficacité

12 octobre 2007

Charte du M.E.R.D.E

Un nouveau Mouvement apolitique, le M.E.R.D.E nécessaire au retour à la démocratie.

Je félicite aussi Patrick Sébastien qui a eut une idée parralele a la mienne en imaginant le D.A.R.D, Censé piquer au même endroit .

 

De Gaulle ne voulait pas d’un système de partis, moi non plus et je m’explique. Cela ne veut bien sur pas dire que je souhaite un parti unique, mais des partis politiques clairs et responsables. .

 

La très grande majorité des français ne peut plus croire les hommes politique actuels. Trop de déceptions, trop de mensonges les ont écartés des enjeux politique. Ceci explique d’ailleurs le « NON » à la constitution européenne qui en fait était prévu pour rajouter une nouvelle couche de « langue de bois » . Un autre exemple est l’élection de Jacques Chirac en 2002 (20% au premier tour) qui fut en fait du pour 60% au rejet de JM le Pen. Le PS (Parti Suicidaire) ne diffère en rien de l’UMP (Union du Marais Parisien) , ce n’est qu’une « machine à anesthésier le peuple » pour mieux le tondre. Ces soi-disant mouvements jouent à peu près le même rôle que l’église du temps de la Royauté.

 

Les partis politiques, de tous bord ne représentent en fait presque rien, leurs adhérents, réels ou imaginaires ne dépassent rarement quelques dizaines ou centaines de milliers, soit au total moins de 2%  des citoyens armés d’un bulletin de vote. De plus les « cadres » de ces partis sont en général pris en otages par le monde de la finances et des affaires qui leurs imposent leurs dictats bien souvent contraires au espérances et au souhaits de leurs adhérents et encore moins du peuple.Sans oublier que les votes sont bien souvent trafiqués par l;es dirigeants en place?

 

Les "Têtes de Gondoles" qui se présentent aux élections nous sont bien souvent imposées par moins de 1% des électeurs !

 

Je compte donc fonder un Mouvement Apolitique qui a terme devrait représenter plus de 90% des non inféodés .

 

Partant du principe que la plupart des partis ont au moins une bonne idée mais ne l’appliquent presque jamais et que le Capitalisme, comme le Communisme sont voués à l'échec :

Seul le BONSENSISME peut encore sauver la démocratie

.

 

Le Mouvement des Électeurs Résolus a Démontrer leur Efficacité , comme son nom l’indique sera en dehors de toute mouvance politique et sera gratuit d’accès. La carte d’électeur sera aussi « la carte du Mouvement », et nécessitera juste un tampon (M.E.R.D.E) qui sera apposé gratuitement a ceux qui prouverons leur non appartenance ou qui détruiront leur cartes du PS, de l’UMP, du FN....en présence de trois témoins..

 

Le fonctionnement sera totalement géré par des bénévoles et l’argent alloué au Mouvement par l’état sera intégralement rendus aux services publiques des leur attribution  .Je suis sur que par cette décision la force de la Mouvance va se faire sentir très rapidement.

 

Les élus de ce Mouvement n’auront jamais de consigne de vote mais devront dans tous les cas rendre des comptes à leurs électeurs, leurs conscience sera seule à décider pour le bien du plus grand nombre.

 

Le M.E.R.D.E est nécessaire au retour à la démocratie, les citoyens doivent se rapproprier les décisions et je compte épuiser les finances des grands partis qui ne représentent en fait plus personne si ce n’est leurs cadres achetés ou à jeter .

 

Pour éviter la situation actuelle toute élection ne sera validée que si elle représente 2 français sur 3 (66%).

 

Le M.E.R.D.E s’engage a garder la constitution de la V en y intégrant les article 30 a 35 de la Constitution de 1793 en y ajoutant le Référendum d’initiative populaire pour limiter l’article 35 sur les droits et devoirs d’insurrection . La peine de mort étant supprimée, elle sera remplacée par une extradition vers les USA ou L’Irak dans l’article 27.

 

Je suis vraiment désolé pour le choix du nom du Mouvement, mais en fait, il ne fait que refléter la réalité de la pensée de nos dirigeants depuis le départ de de Gaulle qui lui nous affublait du gentil qualificatif se « Veaux ». Raffarin a enfoncé «le clou » avec la France d’en bas, on y est presque dedans !

Un petit Rappel de ce  que devait etre la démocratie lorsque nos anciens l'ont "presque" acquise   

PS : Constitution de la première République : 1793

 

Le peuple français, convaincu que l'oubli et le mépris des droits naturels de l'homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d'exposer dans une déclaration solennelle, ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous les citoyens pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer, avilir par la tyrannie ; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur ; le magistrat la règle de ses devoirs ; le législateur l'objet de sa mission. - En conséquence, il proclame, en présence de l'être suprême, la déclaration suivante des droits de l'homme et du citoyen.

Article 1. - Le but de la société est le bonheur commun. - Le gouvernement est institué pour garantir à l'homme la puissance de ses droits naturels et imprescriptibles.

Article 2. - Ces droits sont l'égalité, la liberté, la sûreté, la propriété.

Article 3. - Tous les hommes sont égaux par la nature et devant la loi.

Article 4. - La loi est l'expression libre et solennelle de la volonté générale ; elle est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse ; elle ne peut ordonner que ce qui est juste et utile à la société ; elle ne peut défendre que ce qui lui est nuisible.

Article 5. - Tous les citoyens sont également admissibles aux emplois publics. Les peuples libres ne connaissent d'autres motifs de préférence, dans leurs élections, que les vertus et les talents.

Article 6. - La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait.

Article 7. - Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s'assembler paisiblement, le libre exercice des cultes, ne peuvent être interdits. - La nécessité d'énoncer ces droits suppose ou la présence ou le souvenir récent du despotisme.

Article 8. - La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés.

Article 9. - La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l'oppression de ceux qui gouvernent.

Article 10. - Nul ne doit être accusé, arrêté ni détenu, que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites. Tout citoyen, appelé ou saisi par l'autorité de la loi, doit obéir à l'instant ; il se rend coupable par la résistance.

Article 11. - Tout acte exercé contre un homme hors des cas et sans les formes que la loi détermine, est arbitraire et tyrannique ; celui contre lequel on voudrait l'exécuter par la violence a le droit de le repousser par la force.

Article 12. - Ceux qui solliciteraient, expédieraient, signeraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, seraient coupables, et doivent être punis.

Article 13. - Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Article 14. - Nul ne doit être jugé et puni qu'après avoir été entendu ou légalement appelé, et qu'en vertu d'une loi promulguée antérieurement au délit. La loi qui punirait les délits commis avant qu'elle existât serait une tyrannie ; l'effet rétroactif donné à la loi serait un crime.

Article 15. - La loi ne doit décerner que des peines strictement et évidemment nécessaires : les peines doivent être proportionnées au délit et utiles à la société.

Article 16. - Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie.

Article 17. - Nul genre de travail, de culture, de commerce, ne peut être interdit à l'industrie des citoyens.

Article 18. - Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n'est pas une propriété aliénable. La loi ne reconnaît point de domesticité ; il ne peut exister qu'un engagement de soins et de reconnaissance, entre l'homme qui travaille et celui qui l'emploie.

Article 19. - Nul ne peut être privé de la moindre portion de sa propriété sans son consentement, si ce n'est lorsque la nécessité publique légalement constatée l'exige, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

Article 20. - Nulle contribution ne peut être établie que pour l'utilité générale. Tous les citoyens ont le droit de concourir à l'établissement des contributions, d'en surveiller l'emploi, et de s'en faire rendre compte.

Article 21. - Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler.

Article 22. - L'instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique, et mettre l'instruction à la portée de tous les citoyens.

Article 23. - La garantie sociale consiste dans l'action de tous, pour assurer à chacun la jouissance et la conservation de ses droits ; cette garantie repose sur la souveraineté nationale.

Article 24. - Elle ne peut exister, si les limites des fonctions publiques ne sont pas clairement déterminées par la loi, et si la responsabilité de tous les fonctionnaires n'est pas assurée.

Article 25. - La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable.

Article 26. - Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer sa volonté avec une entière liberté.

Article 27. - Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l'instant mis à mort par les hommes libres.

Article 28. - Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.

Article 29. - Chaque citoyen a un droit égal de concourir à la formation de la loi et à la nomination de ses mandataires ou de ses agents.

Article 30. - Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.

Article 31. - Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

Article 32. - Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l'autorité publique ne peut, en aucun cas, être interdit, suspendu ni limité.

Article 33. - La résistance à l'oppression est la conséquence des autres Droits de l'homme.

Article 34. - Il y a oppression contre le corps social lorsqu'un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.

Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

 

 

 

Posté par M_E_R_D_E à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :